Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de bruno.over-blog.fr

sur le plateau, au nord de Puéchabon

1 Avril 2011, 11:55am

Publié par vacances-maltaises.over-blog.fr

   Une randonnée d'une demi-journée, ce jeudi 29 mars. Au départ, ciel un peu nuageux, ce qui n'a pas découragé 16 randonneurs de Canet. Le départ se fait du centre de Puéchabon, à une vingtaine de km de Canet.

plan-rando

 Environ 9km et 350m de dénivellé, donc promenade facile DSCN6573 

  

 

 

 

 Puéchabon

  village

 charmant! 

 

 

 

 

 

  

 

 

Départ!                            Montée lente par une petite route

DSCN6575

DSCN6578   

 Nous ne tardons pas à devoir enlever vestes et pulls!

 DSCN6580

  A moins d'une 1/2h de marche, nous découvrons le hameau de Lavène, une seule bâtisse est encore habitée   DSCN6585bis 

DSCN6587bis 

Ruines splendides,                      chèvres sympa! 

DSCN6588

DSCN6591 

 Rencontre entre randonneurs       Il fait chaud.....  DSCN6593

DSCN6596

  

  Après une longue montée, nous délaissons la piste menant aux ruines de Montcalmès, ce sera pour une autre fois!

Par une piste caillouteuse, nous descendons vers le sud, en direction de l'église St-Sylvestre des Brousses. Aniane est en vue, au loin...

DSCN6600

DSCN6606 DSCN6608bis

 Première vue sur cette église moyenâgeuse... 

 Très sobre, elle est typique des églises romanes languedociennes.

DSCN6610DSCN6614

 

 

 Repos au pied du calvaire, avant la dernière étape vers Puéchabon!

 

 

 

 

 

 

 

   Dur, la  côte!                           Enfin, une descente......

DSCN6616bis

 DSCN6617     

 

 Une dernière côte, au nom bien choisi, nous ramène à Puéchabon.... 

DSCN6618bis

 

 La question du jour (trop facile!)

 

   Ces trous à eau, on en rencontre partout dans les garrigues sèches. Celui-là était plutôt boueux après la pluie .... DSCN6595bis

   Qui nous dira le nom et l'origine du nom que portent ces abreuvoirs?

 Très facile!

 

Répondez dans la section "commentaires" Merci d'avance!

Commenter cet article

vz 03/04/2011 15:49


Bravo Mimi!
Sympa la balade.
Fais attention papa de ne pas trop taquiner Maman parce que si tu te souviens bien, j'ai plusieurs beaux portraits compromettants de toi... Je pourrais lui envoyer en douce... maintenant qu'elle a
un blog, toutes les audaces sont permises...


bruno 01/04/2011 17:59


Je transmets le commentaire intéressant envoyé par Michel:
L'eau est très rare à la surface des plateaux calcaires comme les causses ou la can de l'Hospitalet. Toutes les possibilités d'en collecter et d'en conserver sont bienvenues. Les lavognes, ou
lavagnes, font partie des nombreuses astuces que les humains ont mises au point dans ce but. Ce sont des mares destinées à abreuver les troupeaux qui pâturent sur les plateaux. Elles se présentent
sous la forme de mares quasi circulaires de 5 à plusieurs dizaines de mètres de diamètre.

Par définition, les lavognes sont artificielles. Il est pourtant très rare qu'elles aient été creusées dans leur totalité car les quantités de matières à enlever sont énormes et les sols de
calcaire durs, surtout au regard des moyens de terrassement disponibles aux époques parfois reculées auxquelles les lavognes ont été mises en eau. La plupart du temps il s'agit de creux naturels
réaménagés : le fonds est parfois caladé, et il est toujours étanchéïfié (généralement à l'argile) pour tenir l'eau le plus longtemps possible. Certaines lavognes ont été installées dans des
ouvertures d'aven, que les agriculteurs n'aiment jamais bien laisser ouvertes à l'air libre, et qui leur fournissent ainsi un bel entonnoir précreusé. La démarche consiste à construire une voûte
pour boucher l'aven, puis à recouvrir le tout de cailloux, de terre et enfin d'argile, et le tour est joué. Mais on connait des cas d'effondrement intempestif de lavognes dans les avens qui les ont
accueilli, méfiance !
Une lavogne nécessite de l'entretien pour rester efficace : en cas de période sèche, le niveau baisse et l'eau peut totalement disparaître, mettant l'argile à l'air libre. Celle-ci sèche en se
rétractant, formant des polygones de dessication qui fracturent la couche et la rendent perméable. Autrefois, le piétinement régulier des bêtes qui venaient boire en accompagnant le retrait de la
mare au fur et à mesure de son évaporation cassait les polygones et en refaisait de la poudre qui à la première pluie reformait une belle argile bien étanche. Mais les lavognes sont de moins en
moins utilisées avec l'arrivée progressive de l'adduction d'eau, même dans les lieux reculés des plateaux. Alors l'argile n'est plus piétiné, les fonds de lavognes deviennent poreux et si
l'agriculteur ne les refait pas lui-même, elles ne tiennent plus l'eau et disparaissent peu à peu du paysage...


Marie-Josée 01/04/2011 14:57


Moi ! Moi ! je sais (pour une fois) : c'est une lavogne.

(Définition de Wikipédia :
Lavogne ou lavagne est une francisation orthographique du terme occitan lavanha ([laβaɲo]). Une lavogne désigne une dépression qui sur les causses (au sens agraire) permet de boire aux animaux
d'élevage et, à une époque plus reculée, aux hommes. Les hommes ont aménagé des creux naturels (des sotchs) pavés de pierres calcaires sur un tapis argileux pour capter et retenir les eaux de
ruissellement.)

Quant au village abandonné j'y suis allée, il y a très longtemps : superbe endroit.
Gros bisous à vous deux.
Marie-Josée et Michel